Remaniement en Afrique du Sud: Le ministre de la Santé remplacé

Zweli Mkhize

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé, jeudi, un important remaniement ministériel marqué notamment par le départ du ministre de la Santé, Zweli Mkhize, qui fait face depuis plusieurs mois à des accusations de corruption.

M. Mkhize a demandé de se retirer de ses fonctions afin de ramener de la stabilité au département“, a déclaré M. Ramaphosa dans un discours télévisé, annonçant plusieurs changements au sein de son gouvernement.

Ce remaniement intervient alors que le pays fait face à plusieurs défis qui doivent être surmontés, notamment “en accélérant le programme de vaccination contre la Covid-19, en assurant la paix et la stabilité après les récentes violences et destructions qui ont secoué le pays et en travaillant à reconstruire l’économie et soutenir les catégories les plus vulnérables“, a relevé M. Ramaphosa.

Notant que ces changements visent à améliorer les capacités du gouvernement afin qu’il puisse mener à bien ces chantiers majeurs, le président sud-africain a relevé que des portefeuilles ministériels sont restés vacants depuis la disparition de deux ministres.

Il a, en outre, indiqué qu’il a accepté le retrait du ministre des Finances, Tito Mboweni, tout en le remplaçant par M. Enoch Godongwana.

L’image du gouvernement sud-africain issu du parti du Congrès national africain (ANC) a été ternie par une série de scandales de corruption révélés par les médias depuis le début de la pandémie de la Covid-19.

Le dernier en date est celui impliquant M. Mkhize qui s’est retrouvé au cœur d’une affaire de corruption liée à un marché public accordé par son département à une entreprise appartenant à ses proches collaborateurs.

Par ailleurs, en juillet 2020, la porte-parole du président, Khusela Diko, a été suspendue suite à des accusations portées contre son conjoint, selon lesquelles il s’était attribué illégalement des contrats l’achat d’équipements de protection personnelle destinés au personnel soignant par le biais du département de la Santé de la province de Gauteng.

Après que son prédécesseur, Jacob Zuma, ait été poussé à la démission en 2018 suite à des scandales politico-financiers, M. Ramaphosa a promis de déraciner la corruption qui gangrène l’Etat et de redorer l’image de l’ANC, une tâche qui semble toujours hors de portée.

( Avec MAP )