Flambée d’Ebola en RDC: discussions sur des mesures pour renforcer la riposte

ebola

Alors que le nombre de nouveaux cas de la maladie à virus Ebola continue d’augmenter dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC), avec un total de 62 cas et 27 décès en Équateur, les acteurs impliqués dans la riposte sont “engagés dans des discussions sur des mesures pour renforcer la riposte et stopper la chaîne de contamination”, a indiqué la Mission des Nations unies en RDC (Monusco).

“Parmi les mesures en discussion, la nécessité de renforcer l’engagement communautaire afin de lutter contre la méfiance des populations et les amener à coopérer avec les équipes de riposte”, a souligné la Monusco dans un communiqué rendu public mercredi.

Le Comité provincial de coordination, présidé par le gouverneur de la province de l’Equateur, Bobo Boloko Bolumbu, a tenu mardi une réunion sur les nombreux défis de la réponse, notamment le processus de finalisation du plan de réponse multisectoriel consolidé.

Médecins Sans Frontières a entamé la construction d’un nouveau centre de traitement, dans l’aire de Bosomondoba, à environ 80 km de Bolomba. Une équipe de la Fédération Internationale de la Croix-Rouge est arrivée dans la ville pour former des volontaires de la Croix-Rouge congolaise qui seront impliqués dans les Enterrements dignes et sécurisés (EDS).

Face à la flambée de l’épidémie, il est nécessaire de renforcer en tous genres les effectifs impliqués dans la riposte, tels que des épidémiologistes, des spécialistes de laboratoire ainsi que de spécialistes de la communication, indique le communiqué.

Un autre aspect de la riposte serait de mettre en œuvre la gratuité des soins de santé dans les structures de santé. Cette mesure permettrait non seulement de renforcer la riposte, mais faciliterait l’adhésion de la communauté dans la lutte contre la maladie à virus Ebola, selon la même source.

La semaine dernière, l’Organisation mondiale de la santé a affirmé que la réponse à cette onzième épidémie d’Ebola, déclarée le 1er juin 2020, était “complexe” et “coûteuse”, notant que les cas confirmés dans cette province du nord-ouest de la RDC ont dépassé le nombre total enregistré lors de l’épidémie précédente en 2018.