Afrique du Sud : hausse alarmante des meurtres depuis l’assouplissement du confinement

meurtres

Le ministre sud-africain de la Police, Bheki Cele, a exprimé mercredi ses préoccupations par rapport à la hausse alarmante du nombre de meurtres depuis l’assouplissement du confinement à partir du 1er juin.

Depuis le premier jour du passage au niveau 3 de l’alerte à la pandémie, l’Afrique du Sud a connu en moyenne 59 meurtres par jour, un chiffre qui n’a jamais été enregistré durant la période du confinement, a indiqué le ministre lors d’une visite à une auberge près de Johannesburg où 6 personnes ont été tuées lundi dans une fusillade.

Au cours des deux mois du confinement, la police sud-africaine a compté en moyenne entre 20 et 30 meurtres par jour, a-t-il dit, notant que les crimes violents viennent d’augmenter “y compris les tentatives de meurtre et les violences à l’égard des femmes”.

Après plus de 60 jours de confinement strict mis en place pour limiter la propagation du Covid-19 (niveaux 4 et 5), le président sud-africain Cyril Ramaphosa a décidé d’assouplir les restrictions afin de permettre une plus grande ouverture de l’économie.

L’insécurité reste un des graves problèmes qui ternissent l’image de l’Afrique du Sud. Des chiffres officiels publiés en septembre dernier ont montré que les crimes graves ont continué d’augmenter dans le pays durant l’exercice 2018-2019, en particulier les meurtres.

Près de 60 personnes sont tuées chaque jour dans le pays, soit l’un des taux les plus élevés au monde.