Ouganda : des violences entre forces de sécurité et manifestants font 3 morts

Ouganda

Au moins trois personnes ont été tuées et une trentaine d’autre blessées dans des violences déclenchées, mercredi à Kampala, entre forces de sécurité et manifestants en colère après une nouvelle interpellation du rival du président Yoweri Museveni à la présidentielle de 2021, le chanteur et opposant Bobi Wine.

“Trois vies innocentes ont été perdues à la suite des heurts violents dans la ville (…) Les forces de sécurité sont venues à bout des groupes violents avec des gaz lacrymogènes et des armes létales”, a déclaré le porte-parole de la police ougandaise, Fred Enanga, précisant que 34 personnes avaient également été blessées.

Parmi les personnes blessées, onze étaient blessées par balle, neuf présentaient des symptômes de “suffocation” et 10 étaient inconscientes, a indiqué la Croix-Rouge ougandaise dans un communiqué, indiquant avoir pris en charge plus de 30 personnes à Kampala et sa périphérie, à la suite des échauffourées impliquant la police et des groupes d’émeutiers.

D’après la police, des violences similaires ont éclaté dans d’autres centres urbains du pays, notamment à Jinja, Masaka, Mukono et à Mityana.

Le chef de la police de Kampala, Moses Kafeero, avait auparavant déclaré que Bobi Wine, Robert Kyagulanyi de son vrai nom, avait été appréhendé pour avoir violé les mesures de lutte contre le coronavirus lors de ses rassemblements.

( Avec MAP )