ONU: le CS exprime son soutien aux pays d’Afrique de l’Ouest et du Sahel sur la voie de la paix et la stabilité

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté, mercredi, une déclaration présidentielle sur le Bureau des Nations-Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), dans laquelle il exprime son soutien aux pays de la région sur la voie de la consolidation de la paix et de la stabilité.

Les Quinze se sont félicités des élections qui ont eu lieu dans cette région au cours des six derniers mois, et ont condamné certains cas de violence liés aux élections. Le Conseil a aussi exprimé son « plein soutien » au représentant spécial de l’UNOWAS, Mohamed Ibn Chambas.

Le Conseil de sécurité a noté le déroulement généralement pacifique de ces élections ainsi que leur contribution au renforcement de la démocratie.

Il a toutefois condamné toute violence liée aux élections, tout en soulignant la participation active et le rôle moteur des femmes dans les récents processus électoraux au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Ghana, en Guinée et au Niger, ainsi que la nomination d’une nouvelle femme Premier ministre au Togo et la proportion de femmes dans le nouveau cabinet du Liberia.

L’instance exécutive des Nations-Unies a également reconnu l’impact du changement climatique et souligné l’importance de l’accès à l’éducation dans la région.

Compte tenu du phénomène de plus en plus déstabilisant de la violence intercommunautaire dans la région, le Conseil a demandé au Secrétaire général de l’ONU d’étudier la faisabilité d’un projet civil conjoint entre l’UNOWAS et les organisations régionales concernées telles que le G5 Sahel.

Par ailleurs, les membres du Conseil ont condamné les récents attentats terroristes au Niger et l’enlèvement de plus de 300 enfants au Nigeria à la fin de 2020, reconnaissant que les autorités nigérianes ont réussi à faire libérer les enfants en décembre.

Le Conseil a également abordé les préoccupations relatives à la situation humanitaire dans la région, notamment l’aggravation des conditions dues à la pandémie COVID-19.

source : FAAPA