Mali : maintien des législatives et vote dimanche, malgré le coronavirus

maintien des législatives et vote dimanche, malgré le coronavirus

Quelque 7.663.464 Maliens sont appelés dimanche aux urnes pour le premier tour les législatives, des élections maintenues ce malgré l’apparition du coronavirus dont les premiers cas ont été déclarés officiellement cette semaine dans le pays.

“Les élections législatives du 29 mars se tiendront”, avait annoncé mercredi dernier, le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), lors de son adresse à la nation.

“Les élections législatives émanent de la décision du Dialogue National Inclusif qui avait fixé les échéances. Ces élections se tiendront le 29 mars, dans le respect scrupuleux des mesures-barrières. Le gouvernement fera tout pour que cela soit le cas”, a rassuré IBK.

Pour contenir la propagation de la pandémie, le président malien a décrété l’état d’urgence sanitaire et le couvre-feu.

Le Premier ministre Boubou Cissé a expliqué le maintien du scrutin “pour des questions de survie de la nation et de continuité de l’Etat”. “Nous allons maintenir les élections, les maintenir évidemment avec des précautions que nous allons faire prendre et des dispositifs que nous allons faire mettre en place. Il s’agit d’une question d’encadrement et de formation”, a-t-il dit.

Le ministre de l’administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah a rassuré lors d’une rencontre avec les acteurs politiques que tout est fin prêt pour la tenue de ces législatives, notant qu’il a rencontre, avec son homologue de la sécurité et de la protection civile, les gouverneurs des différentes régions en présence des chefs de l’appareil sécuritaire pour la problématique de la sécurisation du scrutin.

L’Assemblée nationale devait être renouvelée initialement en octobre et novembre 2018, après la reconduction de Ibrahim Boubacar Keïta à la présidence.

Mais les élections ont été repoussées à différentes reprises, d’abord à cause d’une grève des magistrats, ensuite en raison de la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays. Le mandat des députés a été prolongé ainsi en 2019 jusqu’au 2 mai 2020.

Les électeurs sont répartis entre 12.469 centres et 22.147 bureaux de vote, selon la commission électorale nationale indépendante (CENI).

La Cour constitutionnelle a retenu au final 1.451 candidats figurant sur 547 listes, pour les 147 sièges de députés de l’Assemblée nationale.

Sur le nombre des candidats, 1.024 sont des hommes, et 427 des femmes (soit 29,44 %), respectant ainsi la norme onusienne qui exige une représentation minimale de 30% de femmes.

La campagne pour les législatives a officiellement démarré le 8 mars sur toute l’étendue du territoire malien et les électeurs ont commencé à retirer leurs cartes d’électeurs depuis le 7 mars.

Le deuxième tour aura lieu le 19 avril 2020 dans les circonscriptions où aucun candidat ou liste de candidats n’obtient la majorité absolue des voix .

En plus les forces armées maliennes, le 1er et le second tour des élections législatives seront sécurisés par les mouvements armés signataires de l’Accord de juin 2015, la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali) et les forces françaises de l’opération Barkhane.

Le comité d’audit qui a travaillé sur le fichier électoral comprenait trois experts de la CENI, deux représentants de la majorité, deux de l’opposition, un des partis non alignés, un de la société civile et trois experts internationaux.