L’opposant Hichilema, nouveau président de la Zambie

Hichilema

L’opposant Hakainde Hichilema a remporté le scrutin présidentiel organisé jeudi en Zambie, a annoncé lundi la commission électorale zambienne.

«En ce 16 août, je déclare Hakainde Hichilema président élu de la République de Zambie“, a déclaré à la presse le président de la Commission, Esau Chulu,

Il a maintenu une nette avance au scrutin présidentiel du 12 août après avoir obtenu un total de 2.801.757 voix contre 1.814.201 pour son rival le président sortant, Edgar Lungu, président du parti au pouvoir le Front patriotique (FP), précise-t-on de même source.

Le candidat du Parti démocrate, Harry Kalaba, arrive en troisième position avec 19.451 voix, suivi du candidat de l’Alliance du peuple pour le changement (PAC), Andyford Banda, avec 17.097 voix.

La Commission électorale zambienne a de même révélé que la participation au scrutin a été très forte et s’élevait à 73%.

Plus tôt dimanche, plusieurs candidats à la Présidentielle ont appelé le président sortant à accepter les résultats partiels des élections qui donnent l’avantage à son principal rival Hakainde Hichilema.

Le peuple de Zambie a parlé et les tribunaux ne doivent en aucun cas être utilisés pour contourner les souhaits et les aspirations du peuple“, ont affirmé cinq candidats à la Présidentielle représentant différents partis politiques du pays, dans une lettre adressée à M. Lungu.

Samedi, M. Lungu a rejeté les résultats partiels du scrutin, alors que le dépouillement des votes continue de donner l’avantage à M. Hichilema, qui se présente pour la sixième fois à la Présidentielle.

Le parti du Front patriotique (PF) est en train de faire ses consultations sur la prochaine démarche à prendre concernant les élections législatives du jeudi 12 août 2021“, a souligné M. Lungu dans un communiqué, estimant que le scrutin “n’était pas libre et équitable“.

La présidence zambienne avait indiqué, samedi dans un communiqué, que le FP compte introduire des recours dans trois provinces du pays ayant connu des violences qui ont perturbé l’opération électorale.

Plus de sept millions d’électeurs zambiens étaient appelés, jeudi dernier, aux urnes pour élire leur président et renouveler les membres de l’Assemblée nationale dans le cadre d’un scrutin qui constitue un test pour la démocratie.

( Avec MAP )