L’Afrique du Sud décrète l’état de catastrophe nationale à cause de la sécheresse

sécheresse

Le gouvernement sud-africain a décidé de décréter l’état de catastrophe nationale à cause des effets de la sécheresse qui frappe le pays depuis plusieurs années.

La crise hydrique qui affecte plusieurs provinces en Afrique du Sud a été derrière la décision de décréter l’état de catastrophe nationale“, a indiqué la ministre de la Gouvernance coopérative et des affaires traditionnelles, Nkosazana Dlamini-Zuma, soulignant la nécessité de se préparer pour augmenter les interventions de l’Etat pour alléger l’impact de la sécheresse.

Cette sécheresse, qui dure depuis une décennie, a exercé une grande pression sur les systèmes d’approvisionnement en eau et a eu un impact dévastateur sur l’agriculture et les populations dans différentes régions du pays.

Avec une pluviométrie annuelle moyenne de 500 mm contre une moyenne mondiale de 860 mm, l’Afrique du Sud est le 30e pays le plus sec du monde, selon des statistiques officielles.

La déclaration de l’état de catastrophe naturelle permettra d’élargir les pouvoirs de l’exécutif pour émettre des directives et adopter les mesures destinées à aider les sinistrés, protéger les biens publics et ouvrir l’accès aux fonds d’urgence.

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, avait indiqué en décembre dernier que si l’Afrique du Sud n’adopte pas des mesures drastiques pour conserver l’eau, l’insécurité hydrique deviendra le plus grand défi économique et de développement auquel le pays sera confronté.

Pour assurer sa sécurité hydrique, l’Afrique du Sud aura besoin d’un financement d’au moins 126 milliards de rands pour mettre en place les infrastructures nécessaires, a-t-il ajouté.

L’Afrique du Sud avait décrété l’état de catastrophe naturelle en raison de la sécheresse en 2018. Plus de 400 millions de rands avaient été déboursés pour alléger son impact à court terme.

L’agriculture reste le secteur le plus touché par cette sécheresse en se contractant de 7,6 pc au dernier trimestre 2019, d’après les données publiées par le département sud-africain de la statistique (Stats SA/gouvernemental).