La plupart des Kényans pensent que la nouvelle année sera meilleure que 2020

Kényans

La plupart des Kényans pensent que la nouvelle année sera meilleure que 2020, 61 pc parmi les personnes interrogées ayant montré leur optimisme avec l’arrivée du nouvel an, révèle une étude menée par le bureau de recherche et de consultation au Kenya (Infotrak).

L’étude menée auprès d’un échantillon de 800 personnes entre le 27 et le 29 décembre a également indiqué que 95 pc des personnes interrogées estiment que 2020 a été très difficile, en citant le chômage, le coût de la vie élevé et l’accès aux soins de santé comme leurs principales préoccupations.

Selon les estimations de la Banque Mondiale, l’économie du Kenya devrait rebondir à une croissance comprise entre 4,7 et 6,9 pc en 2021, contre une contraction de 1,0 à 1,5 pc en 2020, offrant ainsi l’espoir à des millions de ménages plongés dans la pauvreté à cause des chocs dévastateurs dictés par les mesures d’endiguement de Covid-19.

Autant les économistes du Trésor national kényan, du Fonds monétaire international et du Groupe de la Banque mondiale prévoient que l’activité économique du Kenya se remettra des effets néfastes de la

qui a mis à genoux des secteurs clés tels que le tourisme et l’éducation.

Le Trésor, qui en novembre a abaissé les perspectives de croissance pour 2020 de 2,5 pc à seulement 0,6 pc, voit les perspectives économiques augmenter de 6,4 pc en 2021.

“Les perspectives de croissance seront soutenues par un environnement macroéconomique stable, des investissements continus dans les priorités stratégiques du gouvernement dans le cadre du programme des quatre grands axes, un redressement du commerce alors que les économies se remettent de la pandémie de Covid-19 et des conditions météorologiques favorables qui soutiendront la production agricole», a estimé le ministre des Finances, Ukur Yatani, en évoquant les perspectives économique du pays pour 2021.

Les restrictions de voyage et la fermeture d’hôtels et des écoles en mars, ont poussé l’économie dans une situation difficile en avril-juin 2020, le PIB diminuant de 5,7 pc.

La Banque mondiale estime que la pandémie a rendu deux millions de personnes au Kenya pauvres en raison de pertes d’emplois massives et de revenus réduits.

( Avec MAP )