Afrique du Sud: Un quart des décès chez les enfants liés à la malnutrition

malnutrition
malnutrition

Un quart des cas de mortalité infantile dans les hôpitaux en Afrique du Sud sont liés à une malnutrition sévère chez l’enfant, indique un rapport publié par une université sud-africaine.

Les principales causes de décès chez les enfants de moins de cinq ans sont attribués à des facteurs évitables tels que la diarrhée, la malnutrition et la pneumonie, outre les complications néonatales, indique le rapport du Children’s Institute relevant de l’Université du Cap.

En 2002, la plupart des décès infantiles étaient liés au VIH, mais l’introduction du programme de prévention de la transmission de la mère à l’enfant a presque réduit de moitié ces décès.

Par contre, malgré la disponibilité d’un traitement antirétroviral, un enfant sur cinq meurt encore de complications liées au VIH.

Le document de 286 pages, qui examine les causes de mortalité chez les enfants et les adolescents (de 0 à 18 ans), jette également la lumière sur la manière dont la réforme du système de santé affecte le droit d’accès des enfants aux services de soins.

“Le système de santé sud-africain ne traite pas efficacement le retard de croissance”, soutient le rapport annuel intitulé South African Child Gauge.

La prévalence du retard de croissance chez les enfants n’a pas changé au cours des dix dernières années, précise le document, notant que le retard de croissance affecte un enfant sur quatre et reflète de la présence d’une malnutrition chronique chez l’enfant.